Polémiques autour de la fermeture de la distillerie Glann ar Mor

Polémiques autour de la fermeture de la distillerie Glann ar Mor
C'est une mauvaise nouvelle que nous avons reçu ce matin par la voie d'un communiqué de presse émanant de la distillerie bretonne Glann ar Mor. Cette dernière nous fait part de son immense tristesse d'avoir été contrainte, à cause d'une IGP mise en place par l'INAO, de fermer les portes de sa distillerie à compter du 15 août. Affichant sa volonté de continuer à produire un whisky breton de qualité alors que l'IGP (Indication Géographique Protégée) imposée par l'INAO semble favoriser la production d'un produit industriel standardisé, l'entreprise jette l'éponge.

Extraits du communiqué de presse de la distillerie :
"[...]
Une IGP qui pourtant s'annonçait bien à l'origine
En effet, l'aventure de l'IGP avait bien commencé. Les Donnay étaient enthousiastes sur le projet d'une appellation destinée à protéger et valoriser les whiskies produits en Bretagne. Malheureusement, entre les premières réunions tenues en juin 2009 et la mise en place de l'IGP début 2015, le projet a progressivement évolué pour aboutir à une IGP que Glann ar Mor considère comme trop pénalisante pour son activité.
Ses modalités favorisent un produit standardisé correspondant à un modèle économique de type industriel. Le whisky "syndical" breton ça n'est pas pour nous clament Martine et Jean Donnay. Pour exister à côté des industriels les artisans doivent pouvoir exprimer leur différence en allant au bout de la démarche qualitative et en exprimant leur créativité.
[Et donc de considérer que] pour un whisky Single Malt on doit s'abstenir d'ajouter du colorant E150a, on ne filtre pas "à froid" en éliminant de précieux congénères aromatiques sous prétexte de rendre le whisky plus limpide, et on ne "réduit" pas avec de l'eau le whisky à 40% comme on le fait pour les "blends" vendus en grandes surfaces. Pourtant, adoptant une attitude pragmatique Glann ar Mor avait accepté des concessions sur ces points, la création de l'IGP supposant que chacune des quatre distilleries [bretonnes] fasse des efforts en ce sens.
[...]
La distillerie Glann ar Mor, comme ses deux confrères également opposés au projet d'IGP, a envoyé deux courriers à l'INAO début 2012, lui demandant confirmation de la situation résultant du fait que sur les quatre producteurs bretons, trois s'étaient clairement déclarés y être défavorables. Glann ar Mor attend toujours la réponse de l'INAO..... C'est évidemment trop tard maintenant, mais Martine et Jean Donnay ne comprennent décidément pas. Pourtant, ils aimeraient qu'un jour on leur explique comment se mettent en place les IGP ou les AOC, ce qu'elles apportent de positif, et à qui elles profitent."

L'entreprise emploie actuellement six personnes et exporte ses whiskies en Allemagne, en Angleterre, en Suède, au Danemark, en Autriche, au Canada, à Singapour, à Taïwan... Et de terminer en déclarant : "Nous allons bien sûr continuer à vivre notre passion. Et pour cela nous allons continuer à distiller notre whisky en dehors de la Bretagne."

Articles en relation

Laisser un commentaire

* Nom :
* E-mail : (Non publié)
   Site web : (URL du site avec http://)
* Commentaire :
Saisir le code :